Quand J.P. Gondeau maltraite la politique en Livradois

Chouette ! Un article dans La Montagne en page départementale sur la politique en Livradois. Aaah ! Ecrit par Jean-Paul Gondeau ! Oooh !

Décidément, le journaliste, qui n’en est pas à un mauvais article près, a sombré à nouveau dans le stéréotype et la discussion du café du commerce – que ce dernier ne m’en veuille pas trop de la comparaison -. Il nous avait déjà mis en difficulté en imaginant que nous étions entrés sous le contrôle de l’UMP pour les cantonales, il a récemment annoncé le rapprochement à Clermont de la liste MoDem avec le Parti Socialiste et il n’en est pas à une invention près.

Dans le cadre de la préparation des municipales 2014, une pleine page lui est donnée par La Montagne pour traiter du « FN des champs ». Pourquoi ici et maintenant ?

Pourquoi ici, l’argument est bien mince, une référence aux résultats du 1er tour de la présidentielle sur la communauté de communes du pays d’Arlanc. Les Arlancois et leurs voisins apprécieront tout particulièrement d’habiter « une campagne des lointains, au caractère âpre et fermé. », avec une dose de sorcellerie – « les démons sont sortis du placard », Je ne sais pas ce que ça veut dire, sans doute une façon élégante de dire que nous sommes des bouseux à ses yeux ?

Pourquoi maintenant, on se le demande encore ; Peut-être tout simplement parce que cela est raccord avec la communication du gouvernement sur la montée du racisme. Force est de constater que ses écrits vont souvent dans le sens du vent socialiste… c’est sans doute l’objectivité journalistique.

Une chose est sûre, cet homme a pour le moins une vision partielle et partiale de la vie politique locale, au point d’ailleurs qu’il a déjà sa place depuis longtemps dans le « dico d’Ambert », sur le blog « Ambert au centre » :

« GONDEAU, Jean-Paul : pense être journaliste politique au journal la Montagne ; en fait, souffrant de dégénérescence maculaire (La dégénérescence maculaire entraîne une perte progressive et parfois importante de la vision centrale, qui devient de plus en plus floue), il s’obstine à vouloir placer à gauche et à droite ce qu’il ne voit pas au milieu. Reconnaissons qu’à l’heure actuelle l’importance du MoDem dans le Puy de Dôme peut nécessiter le port de lunettes, quant à l’ignorer totalement, c’est une autre affaire. Depuis son passage à Marsac en juin 2013 il semble que les choses s’améliorent sensiblement. Souhaitons-lui un très bon rétablissement. Et bien non, c’est raté, à l’approche des municipales 2014 il se sent pousser des ailes et multiplie les articles provocateurs gratuits… le pauvre… » (http://ambertaucentre.org/dico-dambert/)

Pour faire simple son analyse politique comme sa démarche sont basiques, pour ne pas dire primaires : quelques interviews d’élus locaux d’intérêt inégal, de témoignages repris à la file le conduisent à présenter le vote FN comme le fait de « frustrés », « mal dans leur peau », « honteux » et refusant la « rupture des services publics », en ajoutant une petite référence aux agriculteurs, sans parler d’un crime qui « aurait favorisé la perméabilité aux thèses du FN ». Quels arguments, sinon les « on dit » les « je pense que » !…

Pour montrer que l’article est sérieux, on ajoute une pincée d’André Chassaigne, qui va lui aussi dans le même sens : pas d’enracinement local,  des militants FN dépourvus de « présence continue sur le terrain », une « absence de formation de gestionnaire », et une « éthique  du don de soi dont ils sont dépourvus ». Bref, après les Arlancois, ce sont les sympathisants du FN qui sont décrits comme de parfaits abrutis.

On notera au passage la pique typiquement Gondesque prêtant à André Chassaigne le fait d’accuser Jean-Claude Dorat « d’omnipotence politique » – mais l’a-t-il seulement dit ou Jean-Paul Gondeau a-t-il cru l’entendre ?…

Alors que l’analyse faite localement par la Montagne est toujours teintée de la plus grande réserve et de la plus grande rigueur on découvre ici une bouillie journalistique indigeste dont on sort comme on y était entré, pas plus avancé, voire même déprimé.

A Ambert au centre, on réfléchit depuis longtemps sur la question, sans traiter par le mépris nos concitoyens, qu’ils votent ou non pour le Front national. Par contre, nous travaillons ce dossier comme les autres : en rassemblant l’information, mais Jean-Paul Gondeau ne doit pas lire ce blog – utilise-t-il seulement l’Internet ? –

Dès le 23 avril 2012 nous avions cartographié le vote FN localement. (http://ambertaucentre.org/2012/04/23/le-vote-le-pen-dans-larrondissement/).

Pour éclairer J.P. Gondeau, on va même lui montrer une carte en nombre de voix :

lepen-1

Et une autre avec les pourcentages exprimés : il découvrira que le vote Front national est bien plus marqué au Sud que dans le Pays d’Arlanc… Mais est-ce ça préoccupation ?

lepen-2

Le fond de la question n’est pas dans l’élection mais la présence du FN sur l’arrondissement : contrairement à ce qui est écrit dans l’article,  j’affirme qu’il est présent, structuré – mieux certainement que les « grands partis » localement – et actif. J’en veux pour preuve la réactivité des colleurs d’affiche du Front National lors des législatives où il a fallu que je calme le jeu directement avec le secrétaire départemental du Front National puydômois ; cela a d’ailleurs eu pour conséquence de calmer le jeu. On ne me fera pas croire que les colleurs frontistes arrivaient de Clermont… Nous connaissons tous ici des électeurs du Front national, curieux que Jean-Paul Gondeau n’en ait pas rencontré un…

Le Front National fait partie à part entière de la vie politique française, nous trouvons cela légitime, même si nous l’affronterons démocratiquement. D’ailleurs, à travers le vote des internautes sur ce site pour les municipales à Ambert, on imagine mal que ceux qui votent pour une « autre liste » soient des écolos majoritairement… : http://ambertaucentre.org/sondages-en-ligne/la-page-des-municipales-2014-quel-est-votre-choix/

Pour autant nous serons tous d’accord pour dénoncer toute dérive, comme celle de novembre 2012 : http://ambertaucentre.org/2012/11/19/honteux-et-pitoyable/ qui porte atteinte à la vie démocratique, quels qu’en soient les auteurs (tiens Gondeau aurait pu s’interroger sur la vandalisation systématique du local de campagne FN des municipales – mais il est vrai que c’était à Clermont, donc pas chez les sauvages… -)

Faire de la politique a des exigences, le journalisme aussi…

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Michel SAUVADE

À propos de Michel SAUVADE

Maire de Marsac en Livradois depuis 2008 Président de la communauté de communes Livradois, Porte d'Auvergne Membre du bureau politique du MoDem 63
Cette entrée a été publiée dans démocratie, local, médias, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.